Appfrancais Appfrancais
random

آخر الدروس

random
random
جاري التحميل ...
random

L’analyse du chapitre 7 de « La boîte à merveilles »



L’analyse du chapitre 7 de « La boîte à merveilles »
 RÉSUMÉ
Une agitation fébrile* gagne tous les habitants de Dar Chouafa ainsi que ceux des quartiers voisins à l'occasion de Achoura. Les femmes se procurent de belles robes et les enfants exhibent* fièrement leurs nouveaux vêtements. Le Msid devenu agréable et accueillant respire la propreté. Les rues bondées de foules excitées sont encombrées de toutes sortes de jouets et d'accessoires pour célébrer la fête.
Pour préparer son fils à l'évènement, Maâlem Abdeslem l’emmène chez le coiffeur. Dans la boutique de ce dernier, Sidi Mohammed enregistre les conversations qui se déroulent* entre les personnes en présence et qui lui inspirent un profond dégoût. Rien à voir avec les merveilleuses histoires de Abdellah l'épicier.
Les femmes de « la maison de la voyante » organisent une cérémonie tapageuse* où les bruits des tambourins se mêlent* confusément aux chants improvisés*. L'ambiance festive* qui règne dans les lieux emplit le jeune garçon d'une immense joie qui lui va droit au cœur.

·              fébrile : محموم

·              exhibent : يظهرون
·              bondées : مكتظة – مزدحمة
·              se déroulent : تجري
·              tapageuse : صاخبة
·              se mêlent : تختلط
·              improvisés : مرتجلة
·              festive : احتفالية


-UN DCUMENT ETHNOGRAPHIQUE
1-1 LA SOCIETÉ TRADITIONNELLE
1-1-1- LE RELIGIEUX ET LE SOCIAL
Ce chapitre, entièrement consacré à Achoura, peut-être considéré comme un précieux document ethnographique qui décrit les mœurs* et l'imaginaire* de la société marocaine traditionnelle. La fête célébrée le 10 moharrem selon le calendrier musulman est une occasion où le social se mêle au religieux dans une atmosphère de joie et de solidarité au grand bonheur des enfants, principaux «bénéficiaires» de l’évènement. Le narrateur décrit tout cela dans un style sobre en exploitant les souvenirs enfouis au fin fond de sa mémoire.
·          mœurs : العادات والتقاليد
·          l'imaginaire : المخيال
·          sobre : معتدل – متزن
·          enfouis : مدفون - مخفي
1-1-2-LES MÉTIERS
Les petits métiers, dont certains sont étroitement liés à la fête de Achoura (vente de tambourins, de jouets et de tissu) font toute la richesse de la société traditionnelle marocaine. Après avoir passé en revue différentes figures représentatives de ces professions stables ou occasionnelles (fqih, caissière du hammam, masseuse, épicier, commerçants de la kissaria,...) le narrateur s'attarde sur le métier de coiffeur en développant les occupations de Si Abderrahmane. Le coiffeur traditionnel ne se contente pas de couper les cheveux de ses clients; il organise aussi les fêtes, exécute des opérations chirurgicale (circoncision) et prescrit des remèdes à ses patients.

Le lieu étroit où travaille Si Abderrahmane est aussi un espace d'échange qui favorise la communication entre le coiffeur et ses clients. Les conversations emmaillées d'anecdotes et de plaisanteries portent sur différents sujets comme les relations sociales, les problèmes familiaux, l'éducation, etc,. Le discours de Si Abderrahmane que Sidi Mohammed ne trouve pas à son goût, révèle l'image peu flatteuse que les adultes se font des jeunes

التعليقات



اذا اعجبك محتوى المدونة نتمنى أن تبقى على تواصل دائم معنا .فقط قم بادخال بريدك الالكتروني للاشتراك في بريد المدونة السريع ليصلك جديد المواضيع أول بأول .كما يمكنك ارسال رسالة بالضغط على زر المايك ♥

إتصل بنا

أرشيف المدونة

Membres

احصاءات المدونة

جميع الحقوق محفوظة

Appfrancais

2016