Appfrancais Appfrancais
random

آخر الدروس

random
random
جاري التحميل ...
random

Analyse du chapitre 4 de « La boîte à merveilles »




L’analyse du chapitre 4 de « La boîte à merveilles »

RÉSUMÉ
Sidi Mohammed et sa mère rendent visite à Lalla Aîcha qui habite une maison simple mais où il fait bon vivre. L’enfant suit attentivement la conversation des deux femmes qui parlent des voisines et de bien d'autres sujets. Les gamins de la maison invitent le jeune garçon à jouer au jeu de la mariée avec eux, un jeu qui se termine, naturellement, par une dispute. De nouveau placé à côté de sa mère, le narrateur prête l'oreille à tout ce qui se dit. Après le retour de Moulay Larbi, les deux femmes se séparent provisoirement*. Lalla Aicha rejoint aussitôt son invitée et lui confie* son malheur : son mari a été trahi par son associé et risque de comparaitre devant le pacha. Cette triste nouvelle accable* Lalla Zoubida qui fait part de son chagrin à Maalem Abdeslam une fois rentrée chez elle.
§  provisoirement : مؤقتا
§  lui confie : أسرَّت لها
§  accable : أتعب – أجهد

-ENCHAÎNEMENT DES RÉCITS
1-1- RÉCITS VÉCUS
De nombreux évènements sont rapportés par le narrateur soit comme témoin* privilégie, soit comme acteur à part entière. Dans ce cas il se base sur ce qu'il a vu ou ressenti pour élaborer son récit où tout gravite* autour du «je». Dans cette catégorie entrent les séquences consacrées au Msid, au bain maure, à la Visite de Sidi Boughaleb, à la disparition de Zineb et, dans ce chapitre, à la visite effectuée chez Lalla Aicha.
La narration de ces récits s'opère au moyen de l'écriture : elle exige bien évidemment un travail de style, de composition et une certaine poésie, ce qui la distingue nettement des oraux que nous allons examiner ci-après.
§  témoin : شاهد
§  privilégie : متميز
§  gravite : يدور
1-2- RECITS RACONTÉS
Ce sont des récits exclusivement oraux qui se singularisent par la spontanéité* du conteur mais aussi par la magie du verbe qui éblouit* les auditeurs. On en distingue deux sortes : des récits « informatifs» qui comblent* les vides laissés par le narrateur, et des récits distractifs* dont le but consiste* uniquement à divertir, à occuper le temps.
§  spontanéité : تلقائية - عفوية
§  éblouit :  يسحر - يبهر
§  comblent : تملئ
§  distractifs : مسلية
§  consiste : يقتصر على

1-2-1-RECITS « INFORMATIFS »
Certains faits échappent à Sidi Mohammed soit parce qu'il n'ya pas assisté, soit parce que son âge ne lui permet pas de prendre leur narration en charge. Pour remédier à cette lacune, le narrateur confie leur relation à des personnages relais en insistant sur leur talent de conteur. Dans cette catégorie, on peut mettre le récit que Lalla Zoubida fait à son mari au sujet de la mésaventure de Moulay Larbi. Ce choix est amplement justifie par le narrateur: il ne peut raconter quelque chose qu'il n'a pas entendu. Seule une personne ayant pris part à l'échange peut le faire « Ma mère discutait à demi-voix avec son amie. Je n'osais pas m'en approcher. J'entendis le mot « pacha» plusieurs fois au cours de leur mystérieux dialogue. »
Le lecteur n'apprend l'objet de la conversation qu’à posteriori. Lalla Zoubida, toujours fidèle à ses habitudes de femme curieuse* et bavarde*, dévoile enfin le secret à son mari. Cette fois, Mohammed qui tend attentivement l'oreille enregistre le moindre mot. Il découvre, en même temps que le lecteur, de quoi il s’agit.
Les récits vécus et les récits racontés s'alternent et s'enchaînent dans l'œuvre moyennant des transitions habilement opérées. Ils resserrent l'unité de la narration et forment un ensemble cohérent fondamentalement articulé autour des souvenirs d'enfance, principal objet de ce roman autobiographique.
§  relais : بديل
§  mésaventure : حادث مؤسف
§  curieuse : فضولية
§  bavarde : ثرثارة
§  s'alternent : تتناوب
§  cohérent : متجانس

1-2-2-RÉCITS DISTRACTIFS
Cette catégorie est principalement consacrée aux récits de Abdellah l'épicier qui cherche plus à distraire son auditoire qu'à l'informer. Ce conteur hors pair que le narrateur découvre à travers son père le fascine littéralement une fascination qui rappelle l'engouement* d'Ahmed Sefrioui pour la tradition orale à laquelle il réserve une place centrale dans son oeuvre. En évoquant les histoires de ce personnage singulier, le narrateur insiste sur son éloquence* et sur l'art d'accrocher les gens qui se déplacent spécialement pour l'écouter.
Le personnage de Abdellah l'épicier permet à Sidi Mohammed de découvrir un autre type d'hommes, souvent marginalisés, des hommes qui mènent une vie très simple, mais qui conservent jalousement les trésors de la tradition orale. Ils sont la preuve vivante que ce sont les petites gens qui détiennent l'âme de la culture marocaine.
§  engouement : افتتان – شغف

§  éloquence : فصاحة – بلاغة
§  marginalisé : مهمش

التعليقات



جميع الحقوق محفوظة

Appfrancais

2016