Appfrancais Appfrancais
random

آخر الدروس

random
random
جاري التحميل ...
random

Analyse du chapitre 3 de « La boîte à merveilles »




L’analyse du chapitre 3 de « La boîte à merveilles »

RÉSUMÉ

       Le narrateur évoque les instants pénibles passés au Msid sous le regard figé du fqih, ainsi que le précieux cadeau qui lui a été offert par Rahma. Il enchaîne avec un évènement qui bouleverse* les habitudes des colocataires de Dar Chouafa à savoir la lampe à pétrole acquise par Fatma Bzouiya, et qui éveille* la jalousie de Lalla Zoubida, la mère de Sidi Mohammed.
Le récit relate ensuite la disparition de Zineb au mausolée des ldrissides; un épisode mouvementé qui s'attarde sur l'affolement* de sa mère et la solidarité des voisins qui la soutiennent de tout cœur dans sa détresse*. La séquence se termine par un dénouement* heureux: Zineb est retrouvée. Pour remercier Dieu de lui avoir rendu sa fille, Rahma offre un repas aux mendiants.

§   pénibles : شاق  - متعب
§   bouleverse :يبلبل – يشوش
§   éveille : توقظ
§   affolement : فزع - جنون
§   détresse : ضيق - شدة
§   dénouement :نهاية – خاتمة

1-UN ESPACE DE TORTURE*
Cette idée, ébauchée dans le premier axe du deuxième chapitre, se poursuit dans le chapitre 3 avec une mise en évidence de la sensation d'oppression*, voire d'emprisonnement, qui étouffe Sidi Mohammed et, parallèlement, tous les autres élèves. Le Msid est décrit comme un espace clos* où l'air devient irrespirable à cause de la grande chaleur. Soulignons au passage que les lieux citeés jusqu'à présent, et qui inspirent la peur à l'enfant, sont Chauds, obscurs et pleins de gens: hammam, Msid.

§   torture : تعذيب
§   oppression : جور - قهر
§   clos : مغلق

2-LA LAMPE MERVEILLEUSE
La lampe à pétrole, symbole de modernité et de technologie, remplace désormais l'éclairage à la bougie chez Fatma Bzouiya, puis progressivement chez les autres colocataires de Dar Chouafa. Elle envahit* un milieu traditionnel et aiguise* la curiosité de tous les habitants qui rêvent d'en posséder une à leur tour. Cet objet admiré comme une merveille ne manque pas de peupler les rêves de Sidi Mohammed qui aimerait bien lui réserver une petite place dans son monde à lui.
§  envahit : اجتاحت - اكتسحت
§  aiguise : مشحوذ

3- LA DISPARITION DE ZINEB
3- 1-UN ÉLAN SPONTANÉ
La disparition de Zineb au mausolée des ldrissides est un triste évènement qui marque tous les colocataires de Dar Chouafa, ainsi que les habitants des autres rues. Elle resserre les liens entre les gens et révèle le sentiment de solidarité qui les anime dans les moments difficiles. Lalla Zoubida qui a traité Rahma de tous les noms auparavant oublie vite sa rancune* et soutient sa voisine de toutes ses forces. Sa compassion* spontanée* montre bien que les occupants de la maison de la voyante forment une seule famille. Le narrateur ne manque pas de souligner la noblesse de cette attitude qui apprend à Sidi Mohammed une autre vérité sur les adultes: le malheur dissipe* parfois les haines et rapproche les cœurs.
Le repas que Rahma offre aux mendiants pour remercier la grâce divine de lui avoir restitué* son enfant est une autre occasion qui permet au narrateur de décrire différents aspects* de la culture traditionnelle marocaine où le social se mêle au religieux : préparation de la nourriture, accueil des invites, distribution des plats, chants qui accompagnent la cérémonie, fête improvisée par les femmes, etc.
§  rancune : حقد - ضغينة
§  compassion : رحمة - شفقة
§  spontanée : تلقائي
§ dissipe : بدد
§  aspects : جوانب - مظاهر
§  improvisée : مرتجلة

3-2-IMITATION ET COMPASSION
Sidi Mohammed ne nourrit pas des sentiments particulièrement tendres à l'endroit de* Zineb ; son sort le laisse pratiquement indifférent: «Je n’aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait. » Le fait de se trouver au milieu de la mêlée des pleureuses l'oblige à les imiter. Ce sont bien les adultes que donnent l'exemple aux enfants, semble-t-il se dire.
Mais l'enfant ne pleure pas seulement par imitation ; il le fait aussi par compassion. Un sentiment de sympathie* et de reconnaissance qui surgit* spontanément des tréfonds* de son cœur encore innocent :
·         Je pleurais (..) parce que Rahma qui m'avait fait cadeau d'un beau cabochon de verre avait du chagrin.
Ces deux explications sont cependant abandonnées à la fin du chapitre. La crise de larmes du jeune garçon est déclenchée par le besoin urgent de se nourrir. Tout le reste n'est donc que pure comédie: « Je pleure parce que j'avais faim. » Une réponse spontanée et naturelle que les adultes trouvent déplacée : «Ma mère me saisit par le poignet et m'entraina, courroucée. »
§  à l'endroit de : نحو – اتجاه
§  sympathie : تعاطف
§  surgit : ظهر - برز
§  tréfonds : باطن - سريرة
§  courroucée : غاضبة

4-UN MONDE PLEIN DE MERVEILLES
Pour échapper au poids de la solitude et à la cruauté des adultes, Sidi Mohammed trouve refuge* dans sa boîte à merveilles qui lui ouvre les portes d'un univers magique et lui procure une foule d'agréables sensations. II contemple ses objets, la caresse et leur parle comme s’il s'agitait d'êtres vivants. Au plan psychologique, cette relation intime avec ses «trésors» lui permet de compenser un manque affectif*, et de vivre dans le rêve ce qu'il ne peut vivre dans la réalité.
Cette évasion par le biais de la boite merveilleuse qui propulse l'enfant dans un espace féerique ne dure pas longtemps. Elle est constamment interrompue par le retour à la réalité qui n'en devient alors que plus laide et plus désagréable. IL ne reste à Sidi Mohammed qu'un seul moyen pour apaiser sa cruelle déception : les larmes.
§   refuge : ملجأ
§   contemple : يتأمل
§   affectif : عاطفي
§   évasion : هروب
§   propulse : تدفع
§   féerique : سحري
§   apaiser : خفف
§   déception : خيبة الأمل

التعليقات



اذا اعجبك محتوى المدونة نتمنى أن تبقى على تواصل دائم معنا .فقط قم بادخال بريدك الالكتروني للاشتراك في بريد المدونة السريع ليصلك جديد المواضيع أول بأول .كما يمكنك ارسال رسالة بالضغط على زر المايك ♥

إتصل بنا

أرشيف المدونة

Membres

احصاءات المدونة

جميع الحقوق محفوظة

Appfrancais

2016