Appfrancais Appfrancais
random

آخر الدروس

random
random
جاري التحميل ...
random

الدرس 64 : Les propositions subordonnées complétives





 Ø      Qu'est-ce qu'une subordonnée ?

Pour bien comprendre ce qu'est une subordonnée, vous devez tout d'abord savoir ce qu'est une proposition.

Chaque phrase peut se découper en une ou plusieurs propositions. Chaque proposition a pour "noyau central" un verbe (généralement conjugué).

Exemple : Je suis sorti de la maison quand il a commencé à pleuvoir.



ü On appelle proposition principale une proposition qui ne dépend d'aucune proposition ET à laquelle se rattachent une ou plusieurs propositions.

Exemple : Quand j'ai faim, je suis de mauvaise humeur!



ü On appelle proposition indépendante une proposition qui ne dépend d'aucune proposition ET à laquelle aucune proposition n'est rattachée.

Exemple : Quand j'ai faim, je suis de mauvaise humeur et je grogne!


ü On appelle proposition subordonnée une proposition qui dépend d'une autre proposition. C'est d'ailleurs bien pour cela qu'on l'appelle subordonnée (être subordonné à quelqu'un ou quelque chose, c'est être dépendant).

Exemple : Je lis lorsque je n'ai pas sommeil.



Ø      Les subordonnées complétives :

Ces subordonnées sont dites essentielles, car elles occupent dans la phrase des fonctions fondamentales C.O.D, C.O.I, sujet, attribut du sujet. On ne peut pas les supprimer.
 La subordonnée complétive se présente sous trois aspects possibles :
1- La subordonnée conjonctive introduite par « que ».
2- La subordonnée interrogative indirecte.
3- La subordonnée infinitive.


a) Termes introducteurs :
Conjonction de subordination que ou à ce que et de ce que
b) Fonctions : sujet, attribut du sujet, C.O.D, C.O.I


Exemples :
§ Je crois qu’il va pleuvoir. (COD de « crois »)
§ Que tu partes est impossible.   (Sujet de « est »)
§  Je m’attends à ce qu’il réagisse. (COI de « attends »).
§ Le principal est qu’il ne tombe pas malade. (Attribut du sujet « le principal»)

c) Modes : Ces propositions subordonnées peuvent être à différents modes :

-       à l’indicatif quand le verbe de la principale exprime une opinion, une certitude.
-       au subjonctif quand la subordonnée est sujet, le verbe de la principale exprime une hypothèse, un doute, une volonté, un sentiment.

Exemples :

§ Pierre avoue qu’il a perdu au poker. (Indicatif : action certaine)
§ Il doute que cette affaire réussisse. (Subjonctif : doute)


  
o La subordonnée interrogative indirecte :

La subordonnée interrogative indirecte est amenée par un verbe qui exprime l’interrogation ou l’ignorance (ignorer, se demander, dire, ne pas comprendre, ne pas savoir, …)

a) Termes introducteurs :
 Termes interrogatifs comme qui, que, ce que, ce qui, de quoi, de qui, où, quand, quel, quelle …

Exemples :

§ Je me demande qui a crié.
§  J’ignore ce qui se passe.
§ On se demande s’il partira.
§ Je ne sais pas de quoi vous parlez.
§ J’ignore quelle chemise il porte.
b) Fonctions : toujours COD du verbe de la principale.

o La subordonnée infinitive :

La subordonnée infinitive est introduite par des verbes de perception (voir, regarder, entendre, sentir …, par certains verbes comme laisser, envoyer, faire et par le présentatif voici).

a) Formation :
La proposition infinitive a pour noyau un verbe à l’infinitif qui a son sujet propre, un GN ou un pronom.
Exemples :

§ J’entends Denis entrer.
§  Je l’entends entrer.
§ Je vois les enfants partir.
§ voici les enfants partir.

b) Fonctions : toujours COD du verbe de la principale.

*_*_*_*_*_*_*_*_*_/_*_*_*_*_*_*_*_*_*
الــدرس بـالــفيــديــو

تصحيــح التمريــن


v    تحميل الدرس ملف بصيغة  Word أوPdf 




التعليقات



جميع الحقوق محفوظة

Appfrancais

2016